Covent Garden

Il n'y a plus bien sûr ni couvent, ni jardin. Ce sont des terrains conventuels dépendant de l'abbaye de Westminster et bâtis au XVIII" s. qui ont laissé leur nom à ce quartier Disparu également le marché aux fruits et légumes qui faisait de ce coin de Londres l'un des plus pittoresques et des plus grouillants. Mais grâce à une habile opération de rénovation.
 
Covent Garden a retrouvé une nouvelle jeunesse. Quand, au début des années 1970, fut prise la décision de transférer le marché dans des installations modernes, au sud de la Tamise, on pensa tout d'abord raser purement et simplement les halles de la première moitié du XIX* s. Heureusement la sagesse l'a emporté. Au lieu d'être détruits, les pavillons furent restaurés, repeints, et transformés. Et en juin 1980, ils furent livrés à leurs nouveaux locataires : antiquaires, boutiques de mode, librairies, restaurateurs prirent possession de l'ancienne halle aux légumes. Quant au marché aux fleurs, il a été cédé au London Transport, qui y a installé son musée.
 
Quartier de Covent Garden
 
Vous pourrez admirer des omnibus à chevaux, des autobus, des tramways et des wagons de la Belle Époque , vous pourrez même vous installer aux commandes d'un métro, et grâce à des effets sonores, avoir l'impression de piloter une rame dans un tunnel. Une exposition d'affiches et de photos très intelligemment conçue fait revivre un siècle de transports urbains à Londres. A l'angle de Russel Street et de Wellington Street, un autre bâtiment libéré par la fermeture du marché est en cours de transformation et doit prochainement recevoir les collec-tions du Victoria & Albert Muséum, relatives à l'histoire du théâtre et des costumes de scène en Angleterre. Ce sera le Musée du Théâtre.
 
Le résultat est un succès complet. Covent Garden revit. Dans un univers piétonnier, promeneurs et badauds ont remplacé les camions des grossistes de naguère.Derrière le marché, l'église Saint Pauls reste le seul vestige, ou à peu près, des constructions élevées au XVIIe s. quand le comre de Bedford entreprit le lotissement de l'ancien jardin du couvent. On raconte que le comte, qui avait confié les travaux à Inigo Jones, lui avait donné mission de bâtir un édifice peu coûteux. Puisque cette église était destinée au peuple, elle ne devait être guère mieux qu'une grange. « Dans ce cas vous aurez la plus belle grange d'Angleterre » lui avait répliqué l'architecte. L'église, détruite par incendie en 1795, a été reconstruite â l'identique.Enfin, impossible de parler de Covent Garden sans évoquer l'Opéra (Royal Opéra House). Le théâtre actuel, construit de 1856 à 1858, est le troisième édifié à cet emplacement. D'une capacité de 2 000 places, il est réputé pour son extraordinaire acoustique.Revenant sur le Strand on remarquera deux églises curieuses, en plein milieu de la rue qui s'élargit à leur hauteur pour former de petites places. La première est St Mary le Strand, construite par Jones Gibbs de 1714 à 1734 et dotée d'un curieux portique ionique.