Le quartier de St James à Londres

Pour accéder à ce quartier de londres le métro le plus proche est l'arrêt St James's Park
 
Tout ce secteur doit son développement à l'installation de Charles II au Palais St James's.
 
Devant l'arrivée des nobles et des courtisans, Henry Jermyn. comte de St Alban, promoteur immobilier avant la lettre, eut l'idée de se lancer dans une vaste et fructueuse opération. Ayant acheté tous les terrains environnants qui n'étaient encore en cette seconde moitié du XVIIe s. que des champs, il fit bâtir tout un quartier, ordonné autour d'une place carrée, St James's Square, revendant les hôtels particuliers au prix fort à l'aristocratie désireuse de se rapprocher de la Cour.
 
Aujourd'hui, la plupart de ces maisons du XVIIe s. ont disparu. Mais St James demeure l'un des endroits les plus sélects de Londres. St James's Square reste une place paisible avec son jardin au milieu duquel s'élève une statue de Guillaume III. Ici ont habité au n° 10 le Premier ministre Gladstone, et, pendant la Seconde Guerre mondiale, au n° 31, le général Eisenhower.Pall Mail, avenue austère qui. de Waterloo Place, conduit au Palais St James, tire son nom du jeu de Paille Maille, une sorte de croquet, pratiqué jadis.
 
Elle est le siège des clubs les plus fermés et les plus snobs de Londres. Les plus célèbres sont V Athenaeum, club à prétention littéraire, le Travellers's, dont les membres se recrutent pour la plupart au Foreign Office, le Royal Automobile Club, qui comporte même une piscine dans le style égyptien, le Junior Carlton Club, fondé en 1864 pour accueillir les malheureux lassés de patienter sur la liste d'attente du Carlton Club.
 
Photo de Saint James's Park
 
St James's Street, bien que commerçante, est également une rue de Clubs. Certains d'entre eux jouèrent un rôle important dans la vie politique du pays au XVIIIB s. et au XIXe s. Ainsi White's (n° 37), où se réunissaient les conservateurs Tories, et Brook's qui était un peu l'état-major de leurs rivaux Whigs, c'est-à-dire libéraux.Duke Street, Duke of York Street, Jermyn Street. King Street sont des petites rues où l'essentiel de l'activité est constitué par le commerce de luxe ou de très grand luxe.
 
Même si l'on ne souhaite rien acheter, il faut aller regarder ces boutiques aux allures tout à la fois somptueuses et démodées, qui, pour la plupart, portent fièrement sur leur devanture les armoiries royales prouvant que l'établissement est fournisseur de la reine. Les boutiques typiquement masculines mettront, quant à elles, un point d'honneur à ajouter qu'elles fournissent le duc d'Edinbourg. Au n° 1 de King Street, on remarquera la maison où le futur Napoléon III vécut en exil après son évasion du Fort de Ham. Et. au n° 8, la célèbre salle des ventes Christie's, fondée au XVIII" s. par un officier de marine nommé James Christie et où se déroulent des enchères célèbres entre toutes.