Le Palais de Westminster

Le Palais de Westminster, ou encore House uses of Parliament, est certainement le chef-d'œuvre de l'art victorien. C'est le pastiche poussé à la perfection, la merveille du gothique tel qu'on le concevait au XIXB s. Dès le XIe siècle avant même que Guillaume le Conquérant n'envahisse l'Angleterre, il y avait ici, sur ce qui était à l'époque une île, un palais construit par Edouard te Confesseur Vainqueur, Guillaume s'y installa tout naturellement.
 
Progressivement agrandi au fil du temps, le palais resta résidence royale jusqu'à ce qu'un incendie le ravage en 1513. Plutôt que d'entreprendre d'importants travaux dans ces bâtiments médiévaux qui ne correspondaient pas au goût du jour, Henry VIII préféra les abandonner et partir pour Whitehall. Quelques années plus tard, en 1547, les Communes décidèrent de s'installer dans la chapelle du palais, bien que celui-ci fût encore aux trois quarts en ruine. L'ancien siège du pouvoir royal devenait ainsi siège du Parlement.
 
En 1834, un incendie, encore un, dévastait Westminster. L'année suivante, la construction du Palais actuel débuta sous la direction de Chartes Barry. Les travaux ne furent terminés qu'en 1860. Mais, sans attendre cet achèvement, la Chambre des Lords avait pris possession de ses nouveaux locaux en 1847 et la Chambre des Communes était entrée dans les siens en 1852.Le nouveau Palais du Parlement, qui intègre des vestiges médiévaux rescapés des incendies, est une véritable cité politique, s'étendant sur plus de trois hectares à l'intérieur de laquelle on trouve 11 cours, 100 escaliers, 1 100 salles de toutes tailles et 3 200 mètres de couloirs.
 
 
La Tour du Palais de Westminster